Françoise Laurent 1990

Ulysse Renaud, peintre-scupteur est un poète, c'est un adulte qui est resté dans le monde de l'enfance, avec ses rêves, ses terreurs nocturnes, ses angoisses, mais aussi ses fantasmes.

Il s'autorise tout, et se défiit lui-même comme un chercheur en création.

Sa palette de couleurs lui est très personnelle, le support n'a aucune importance, ce n'est qu'un support. Losqu'on suit sa création depuis le début, l'on s'aperçoit que le signe est le même, mais qu'il s'est épaissi, a pris de l'ampleur, s'est affermi au fil des années, et le miracle, est que chaque exposition montre une facette différente, qui étonne toujours ses collectionneurs. Cette multitude de facettes ne peut exister que parce qu'il est terriblement présent dans son temps.

C'est aussi l'homme des grandes interventions, 4.000 m² de sculptures à Douai en 1983, "A la recherche d'une civilisation imaginaire", Banderoles de 52 m etc ...
Son inventif épate toujours, sa capacité de travail aussi, il a tellement à dire, c'est peut-être pour repousser l'échéance de la mort. Il court après le temps, ou le temps lui court après.

Pour lui, la générosité, la connaissance, l'amour de l'autre sont indissociables de la création. Il aime à donner à voir, n'y a-t-il rien de plus réjouissant pour l'esprit et le corps. C'est un grand technicien, certaines de ses sculptures, défient les lois de la pesanteur.

Il revendique des études techniques, pas au niveau du diplôme, mais putôt celui d'un savoir faire, l'intelligence des mains. Pas seulement la connaissance des tenants et des aboutissants.

Dans sa première préface, Georges Boudaille disait qu'il manquait d'une absence totale de diplomatie. C'est un être attachant, que l'on aime pour la vie, ou que l'on déteste pour toujours.