Ulysse RENAUD avril 2000



"Mon déséquilibre"



L'art n'exite que s'il prolonge l'homo sapiens...

Dans la définition de la nécéssité de 'art, je suis comme un éléphant, je crois à la continuité historique.

J'aime le bon vin et bien manger avec des amis surtout l'orsqu'ils sont musiciens.

Je me méfie comme de la peste des théories illisibles, la masturbation du concept me parais un attrape-con de première.

J'essaie d'avoir une vision globale du monde. j'ai horreur de la réduction.

Je travaille avec mes humeurs, ce qui ce passe autour de moi me concerne...Donc l'actualité vient me dévorer dans mon labeur.

Les problèmes de mes ami(e) s me touchent et me déséquilibrent.

J'aime la poésie et les romans policier de Camilleri et de Vasquez Montalban.

J'aime prendre distance sur mon travail par l'humour, la dérision pour ne pas me prendre au sérieux.

Je n'ai pas assez d'égo (même si je dis Je) l'autre m'interesse souvent plus que moi, il m'apporte.

J'aime la femme (pléonasme).

Le virtuel ne me regarde pas. Je suis de culture gréco-latine, parfois je doute, je me demande si le combat n'est pas déjà perdu...

Qui sait? Je reste guérillero de l'art.

Car il faut quand même avoir une bonne dose de mégalo-paranoia pour considérer que son trevail concerne la planète.

Bien que je puisse parler de théories pendant des heures je me contente de donner à voir.

J'espère de pas m'être trompé depuis 10 années.

Allez, ciao bella, ciao bello.